FENETRE SUR LA COUR B

Blog de philosophie d'Evelyne Buissiere, professeur en classes préparatoires. PHOTOS : Maison de Spinoza, Rijnsburg (Pays-Bas)

Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part…

2 Commentaires

   Il y a quelques jours sur BFM l’ancien ministre socialiste Roland Dumas a affirmé que Manuel Walls était probablement sous influence juive. J’avoue ma stupéfaction devant de tels propos. Non pas sur leur teneur parce que malheureusement la psychose complotiste alliée à l’antisémitisme a une longue histoire derrière elle, mais parce que de tels propos, qui autrefois étaient réservés à des personnes incultes ou aux tenants des pires extrémismes de gauche ou de droite, ont été cette fois proférées sur une chaîne de télévision à large audience et par un ancien ministre, c’est-à-dire par quelqu’un qui a représenté notre pays et qui plus est par un ancien ministre de François Mitterrand ; pour ceux de ma génération, 1981 garde quelque chose de mythique. J’ai eu la vague impression que le cours du monde commençait à sérieusement dérailler.

   Devant finalement le peu de réactions en échos à ces propos, je voudrais juste faire raisonner à nouveau les paroles de quelques grands esprits. Thomas Mann écrivit un ouvrage intitulé La Noblesse de l’Esprit. C’est certainement ce qui caractérise l’intelligence, d’être noble dans un monde où les passions viles conduisent à des attitudes pitoyables. Quelques grands esprits sont là pour nous rappeler toute la stupidité qu’il y a à réduire un homme à ses origines, ils nous rappellent qu’un homme ne se réduit jamais à là d’où il vient mais qu’il se définit par ce vers quoi il va.

   Dans son Timée Platon retrace la façon dont un démiurge aurait façonné le monde (façonné et non créé car la matière est de toute éternité pour Platon) et façonné l’homme. A propos de l’intelligence logée dans notre cerveau, Platon écrit : « De l’espèce d’âme qui a la plus haute autorité en nous, voici l’idée qu’il faut s’en faire : c’est que le dieu nous l’a donnée comme un génie, et c’est le principe que nous avons dit logé au sommet de notre corps et qui nous élève de la terre vers notre parenté céleste, car nous sommes une plante du ciel non de la terre. » L’homme est une plante céleste et non terrestre. L’homme ne plonge pas ses racines dans le sol où il est né, il n’est pas attaché à un sol comme une plante l’est à ses racines. L’homme a ses racines dans le ciel, c’est-à-dire dans le monde des idées, des concepts. Les racines sont ce qui permet à la plante de se nourrir, de vivre et de croître. Nos vraies racines ne sont pas le lieu ou nous sommes nés ou l’appartenance au groupe qui nous a élevé. Nos vraies racines ce sont les idées qui nous font penser, c’est la culture qui nous nourrit, nous permet de développer notre intelligence et de devenir nous-mêmes.

   Dans le Discours sur l’Origine des Langues Rousseau écrit au tout début : « On ne connaît d’où est un homme qu’après qu’il a parlé. » Là encore, notre vraie appartenance, c’est une appartenance à une langue, c’est-à-dire à une forme de culture. Dans son essai La Crise de l’Humanité européenne et la Philosophie, Husserl définit l’esprit de l’Europe comme la volonté infinie de mettre sa vie à l’enseigne de l’universalité et il écrit : « il n’y a pas de zoologie des peuples. »

    A mon époque (c’est à ces expressions qu’on se rend compte qu’on est devenu vieux !) on écoutait cette chanson de Brassens :

https://www.youtube.com/watch?v=WscVYSu-O2w

Les imbéciles se contentaient d’être heureux et imbéciles, ils sont devenus dangereux et face à leur bêtise crasse il faut répéter inlassablement les paroles des grands esprits qui font honneur à notre humanité.

 

 

 

Advertisements

2 réflexions sur “Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part…

  1. Bien d’accord chère Evelyne, et lors d’une soirée en Mairie mardi dernier organisée par la Licra, nous réfutions justement l’idée de « racines » avec Antoine Spire, qui plaidait ce soir-là avec sa fougue habituelle pour la différence de l’homme (migrant) et de l’arbre ! Hélas, le racialisme-racinisme a la vie dure, et les formes de pensées essentialistes reviennent en force, comment les combattre ? Nous vivons peut-être, en effet, une époque « basse »…

  2. Chère Evelyne, merci de réagir à ces propos inadmissibles. Ce notable politique bien très âgé semble encore tout à fait responsable de ses paroles. Il n’est malheureusement que signal faible d’une réalité bien prégnante dans notre société française, réalité d’un antisémitisme diffus que nous ne voudrions pas voir exister et en particulier chez les jeunes.

    Cela met aussi en évidence chez un notable de gauche, que la loi du sang, la racine et l’inné prévaut à la force de la culture, ce qui est bien significatif de la pensée d’une certaine droite et de l’extrême droite.

    En lisant mes philosophes de Edgar Morin, j’ai découvert que j’étais moi aussi sous une forte influence juive mais seulement culturelle à priori : E Morin, Hannah Arendt, Boris Cyrulnik, Spinoza, Derrida, peut être Montaigne par son grand père et bien d’autres…Le chemin de la culture est bien périlleux par les temps qui courent.
    Jean Claude

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s